Lettre à Gérard Depardieu

IMG_11338Mon cher Gérard…

Je tenais à te féliciter pour ta dernière affiche. Cette parodie  improbable d’un James Bond à la française… il fallait oser ! Chapeau bas. L’action est bien menée dans une cadence obstinée, les rebondissements nous gardent en haleine et la conclusion, plus qu’étonnante, laisse à chacun le droit d’inventer sa morale. Vraiment bravo ! Si tu avais choisi un mode de diffusion classique, en salles, tu aurais fait un carton. Car fans et détracteurs, tous sans exception, ont suivi ta saga avec intérêt.

Mais comment, j’apprends que ce n’était pas un film cet échafaudage de rebondissements qui nous a tous donné les yeux jaunes des crocodiles et la tête en friche  ? Dommage, car tous les ingrédients y étaient !

A l’origine, une mission impossible : Agent 7 zéros (sur votre compte bancaire), votre mission est de ridiculiser le gouvernement français concernant  son projet de taxation des grandes fortunes et de défendre la cause des fugitifs fiscaux français. Si vous l’acceptez, à partir de maintenant, quoi qu’il arrive, tous les matins du monde vous serez seul.

Musique du type Vivaldi pour l’ambiance.

Dans le rôle de l’agent  secret en tenue de soirée, tu acceptes, Gérard,  tes vacances sur ordonnance, car avec les temps qui changent,  tu en as ras les valseuses de cette nouvelle France.

Tu quittes donc le confort de ton hôtel particulier parisien où tu as tant joué « Merci la vie » et tu prends le dernier métro direction la rue du départ. Un dernier « Paris je t’aime » et  tu te lances dans l’aventure sans arme, ni haine, ni violence. Car si tu te refuses à faire la chèvre, déclamant « Mourir ? Plutôt crever ! », tel un héros de cinéma, tu veux garder le choix des armes. C’est le grand soir, l’An 01 de ta nouvelle vie.

La suite est une histoire de famille. Revendiquant « Mon oncle d’Amérique est belge », tu décides de demander l’exile au pays du père d’Astérix et Obélix, non sans avoir imaginé partir au service de Sa Majesté. Et là, attention, préparez vos mouchoirs.

Juste à quelques mètres de la frontière, tu fais mine de vouloir t’installer dans une petite bourgade même pas  trop belle pour toi ! Tu aurais pu choisir beaucoup plus ostentatoire mais tu n’es pas si méchant que ça. Juste un peu frondeur. Un pont entre deux rives, c’est sûr que ça énerve ! Ce projet d’installation  rive droite, rive gauche ajoute à la polémique sur ton départ. Je t’aime moi non plus, chacun y va de son refrain. La France lâche les chiens et accuse la Belgique, prête à t’accueillir, de concurrence déloyale. C’est la déferlante de mots d’amour de cette ex-patrie qui joue en boucle les Misérables.

 Mais l’homme blessé  que tu es, n’a rien d’une potiche. Le pacte du silence, ce n’est pas pour toi. Tel le comte de Monte-Cristo tu as les moyens de toutes les vengeances. Dans le costume de l’homme qui rit, tu jettes théâtralement ton passeport français et comme un Napoléon conquérant, tu t’envoles sur les traces de Raspoutine.  Une pure formalité pour le grand acteur que tu es.

Bouquet final et ultime rebondissement, tu deviens russe et acceptes une nouvelle mission ministérielle un peu dans le style les Jeux Olympiques.

RRRrrr !!! , il fait froid. Tais-toi ! , les acteurs ne se plaignent pas. Un peu de soleil dans l’eau froide russe, vaut mieux que le placard hexagonal. N’en déplaise à tous les gaspards qui voulaient ta peau.

Tu viens de rencontrer ton destin écrit depuis longtemps dans ta longue filmographie. Drôle d’endroit pour une rencontre diront certains.  Personnellement je n’ai rien oublié de tes talents d’acteur et je préfère qu’on reste ami. Alors bon voyage et bons baisers de Russie !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s