La grande classe

IMG_45251Avec leurs rondeurs de l’enfance, leurs visages poupins, leurs cheveux duveteux  encadrant leurs crânes chauves, nos adorables édiles nous font toujours craquer… même quand ils font les coquins.

A l’heure de la récré, l’ambiance est bon enfant. Les uns jouent à  « trap’trap' ». Les autres, aux gendarmes et aux voleurs. D’autres encore à « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette…. ». Un jour ils sont meilleurs amis. Un autre ils sont meilleurs ennemis. Mais au final, ils s’aiment tous bien nos chérubins de la politique.

A la cantine, ils rigolent plus qu’ils ne mangent, les petits chéris. Ils se racontent leurs dernières mauvaises blagues et s’envoient des coups bas sous la table. Pour le chouchou de la classe, tiens, une peau de banane !  Et pour colporter sans avoir l’air de balancer, rien de mieux que d’inviter quelques bons rapporteurs à sa table. Trop fastoche !

En classe, c’est plus dur. Ils ont du mal à se concentrer les polissons. Surtout quand le sujet ne les intéresse pas. Et c’est souvent le cas. Le chômage, l’économie, l’école, la famille, la santé… C’est vraiment  rabat-joie ! – On ne pourrait pas jouer plutôt à « ni oui, ni non » ou « action et vérité » ?… Alors, en attendant que s’égrènent les heures, les uns regardent trotter la grande aiguille de l’horloge. D’autres papotent et ricanent. Certains encore dessinent sur un coin du bureau, en hochant la tête. Quand les plus irréductibles somnolent sans complexe collés au radiateur.

Aussi, pour éviter que le travail en pâtisse,  il faut parfois hausser le ton, manifester son mécontentement, menacer, exclure même…

L’autre jour ils sont allés trop loin les vilains. L’un d’eux a menti au nez et à la barbe du professeur. Qui savait ? Qui n’a rien dit ? Silence. Personne n’a moufté.  Personne n’a dénoncé personne.  Et la sentence est tombée : Punition collective ! Recopier sa déclaration de patrimoine sans faute pour lundi !  La barbe ! Il va falloir travailler ce week-end à gommer, corriger, vérifier  et s’assurer de rendre une copie bien propre, sans rature, ni bavure.

Heureusement  qu’à la maison,  ce soir ça va aller tout seul.  Après une dure journée de labeur, plus personne n’a jamais envie de discuter  et encore moins de se disputer. Alors, les chérubins vont raconter leur journée, en gesticulant devant la télé. Alors que les parents trop fatigués vont écouter sans entendre. Une moue triste. Un coup d’œil candide. Une promesse les doigts croisés dans le dos. Et l’affaire sera vite oubliée.

Et tous les chérubins pourront recommencer à jouer à pas vu, pas pris… en profitant en toute insouciance de leurs nouveaux rythmes scolaires réformés aux quatre jeudis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s