Crise de foi

IMG_48672Nausées, langue de bois, œil pas clair, teint livide, digestion difficile. La France n’est pas dans un état normal… C’est grave docteur ?

On savait la France de santé fragile. Fatiguée, nerveuse, fébrile.  On savait la nécessité qu’elle se mette au régime. Moins d’abus, moins de salades, moins de sauces…  C’est du pain sec et de l’eau qu’il lui faut. C’est tout.  Depuis le temps qu’on lui répète que la santé c’est travailler. Que ne rien faire n’est pas normal et surtout pas la conserver. La preuve. Déjà victime d’une crise économique chronique, mal soignée, la voici maintenant en crise de foi aiguë. Et si elle ne fait rien la France, elle va nous faire une crise de nerf. Sombrer dans la crise politique. Ou pire, la crise d’état. Après une grosse crise de colère. Et là, attention. A l’extrême, c’est la  crise radicale identitaire qui la guette… La grande crise existentielle. Qui suis-je, où vais-je, que fais-je…

Alors consulter et prescrire des ordonnances, c’est bien. Mais encore faut-il trouver le bon remède et réussir à faire avaler la pilule. Et vite. Sinon ça ne sert à rien.

A faire trop tourner la machine pour rendre plus blanc que blanc la justice et la morale, ça finit à coup sûr par faire du calcaire. La bonne vieille crise de calgon. Pas la peine d’avoir fait dix ans d’études pour savoir qu’une crise de calcul, ce n’est pas une crise de rire. Courbes bouillantes du chômage, sondages glacés de popularité… aie, aie, aie, quel sale moment elle se prépare à passer, la France !

Et les symptômes ne trompent pas. Ils sont même très critiques. Crise du chômage, crise des investissements, crise du logement, crise morale, crise sociale… Enfin quoi, vous ne voyez pas qu’il y a urgence. Allo, les SOS, le 17 ne répond pas ? Comment voulez-vous qu’elle ne prenne pas un coup de froid à la foi la France ! Comment voulez-vous qu’elle ne finisse pas en crise de  conscience !

Trouvez-lui vite un urgentiste. Un vrai, un pur, un compétent. Pas comme ce médecin référent qui, sous prétexte de lui soigner son budget, a fini par lui empoisonner la vie. Une telle épidémie dans l’hôpital, que même les soignants sont maintenant en quarantaine. Contraints à un check up de santé morale et financière avant de pouvoir aller s’occuper de leurs malades. Un comble ! Une vraie crise de délire.

Et plus les spécialistes comatent dans leur lit en s’apitoyant sur leur sort. Et plus la France crisse et geint, au bord de la crise de larmes. Et moins ça va, et plus on frôle la crise de paranoïa. On parle même d’électrochocs de moralisation pour les soignants. Autant dire que les malades n’ont pas fini d’agoniser en électrons libres.

Si l’affaire n’était pas si grave, on s’abandonnerait bien à la crise de fou rire.

Mais là soyons sérieux, le cas est vital, docteur.

Vous avez analysé. Vous avez diagnostiqué. Vous avez fait des saignées. Vous venez de faire l’ablation de la foi… Et encore quoi ? Rien ne l’a soulagée, la France !

Alors maintenant, piquez dans le vif. Qu’on en guérisse ou qu’on en finisse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s