Le grand show de Cahuzac

IMG_70665Ambiance « Âge tendre et Tête de bois » hier soir avec en tête d’affiche un Cahuzac, plus musicien que jamais, qui nous a chanté tout son registre de la nostalgie et des regrets…

Quelqu’un m’a dit que je ne verrais rien des attentats de Boston hier soir sur BFMTV où serait diffusé toute la nuit la première du grand retour de Cahuzac . Comment une chaîne spécialisée dans l’information pouvait programmer un divertissement ? Il me fallait aller vérifier. D’abord je suis tombée sur une curieuse publicité vantant les beautés et les trésors du Jura Suisse… J’ai donc cru que le ton de la soirée était à l’humour.

Mais pas du tout.  Quand Cahuzac est réapparu à l’écran, à sa mine un peu trop forcée de repenti,  j’ai compris que l’heure était toute à l’émotion et au tragique. Ce grand ténor de la politique qui connait bien la musique, faisait encore la preuve de son talent et de ses capacités à rebondir, revisitant avec succès les plus grands tubes du répertoire français qui savent parler au cœur de notre mémoire collective.

Rapidement prise au jeu,  je me suis surprise à fredonner avec lui, la larme à l’œil, « Pardonne-moi, je ne fais que regretter les erreurs du passé, t’inquiètes pas je vais changer, je te le promets… ».  Puis les immanquables « Portes du Pénitencier ».  Pour continuer sur une note de mea culpa : « Si seulement je pouvais remonter le temps, j’effacerais cette douleur que j’ai en moi, j’effacerais tout le mal que je t’ai fait ». Avant d’enchaîner sur la gamme des constats : « l’argent pourrit les gens » ou « Argent trop cher »…

Une heure après il me transportait toujours dans son univers de riche tourmenté. Et c’est le cœur serré  que je l’écoutais fredonner de sa petite voix triste : « Hier encore, il y a vingt ans, ignorant le passé, conjuguant au futur, je donnais mon avis que je voulais le bon, pour critiquer le monde avec désinvolture. Hier encore, il y a vingt ans, à faire des folies, j’ai fondé tant d’espoirs qui se sont envolés, que je reste perdu ne sachant où aller. Mes amis sont partis et ne reviendront pas, par ma faute j’ai fait le vide autour de moi et j’ai gâché ma vie et mes jeunes années ».

Au moment d’éteindre la télé, trop submergée par l’émotion, j’ai cru percevoir une légère fausse note à l’encontre du gouvernement et du président. Mais en grand professionnel de la scène, l’artiste a vite retrouvé le bon ton de l’humilité, en susurrant l’œil humide « que reste t-il de mes amours, que reste t-il de mes beaux jours »… si ce n’est ce jardin extraordinaire entre la Suisse et Singapour mais si loin de ma douce France.

Une superbe soirée de divertissement avec une mise en scène bien léchée qu’on aimerait voir se répéter plus souvent tant le tragique des tourments existentiels de nos politiques nous aident à relativiser, à défaut d’oublier, nos petits tracas du quotidien.

Bravo pour ce grand moment de vérité, hymne à la transparence gouvernementale, sans fanfare ni trompette…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s