Pluie de prunes au pays du Soleil-Levant

IMG_81667Fort de sa réputation, notre président s’est empressé de partir au Japon pour appeler la « pluie de prunes » (Tsuyu), cette précieuse saison des moussons qui tarde là-bas à venir. Preuve que quand il veut se bouger, Rain Man n’est jamais à sec !

A Paris, tout est gris. Et dans son placard doré, à l’Elysée, notre président s’ennui. Après avoir essayé, sans entrain, de bricoler avec sa boite à outils, il finissait par tourner en rond. Aussi, quand le couple héritier du trône du Chrysanthème a fait appel à lui pour faire tomber la pluie au Japon, il s’est empressé de partir.  Avec  sept ministres… et sa concubine. C’est plutôt bien vu au pays du Soleil-Levant.

Une sacrée belle opportunité de se servir un peu de son avion privé quand les transports aériens et ferroviaires publics sont bloqués. D’autant qu’en ces temps difficiles où beaucoup de pays prennent l’eau, au sens propre comme au figuré, les invitations d’état ne sont pas nombreuses. En Allemagne, on n’en veut surtout pas de notre Rain Man, pas pour raison politique, mais parce que le Danube est trop haut. Aux Etats-Unis pareil, les ouragans sont trop nombreux. Et ailleurs en Europe, la rengaine, sur l’économie qui coule et des finances à sec, ça n’inspire personne.

Donc voilà, pour une fois que quelqu’un a besoin de lui, il est parti le cœur joyeux pour un très sérieux et fructueux échange de soleil levant contre pluie tombante. Laissant son gouvernement ramer avec  ses réformes. L’opposition écoper avec la justice. Et le peuple français se noyer dans son quotidien.

Mais voilà, durant son séjour nippon, il n’est tombé que trois gouttes d’eau !

Il a pourtant eu droit à tous les honneurs avec pas moins de trois rencontres avec l’empereur. Mais il n’a pas pour autant fait le boulot. Bien sûr il a parlé de la pluie et du beau temps. Bien sûr, il a réaffirmé que la France allait se remettre à  flot. Mais sans la pluie… de prunes, les japonais n’ont pas été convaincus que lui et son pays ne comptaient pas décidément pour des prunes sur l’échiquier international !

Alors, conscient de s’être un peu raté, saint François s’est empressé de repartir à Tulle bénir le ciel pour qu’il lui envoie encore un signe. Car vous l’aurez remarqué comme moi, c’est toujours ce qu’il fait quand il sèche !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s