Roms : le ti putsch

IMG_16143Sacré « souk » cette semaine au gouvernement. Une valse à trois temps, sur un air de cacophonie, qui en débutant sur un pas chassé s’est terminé sur un pas glissé.

C’est dans le tourbillon des sobriquets que tout à dérapé. Le cocktail pétards, pépés et Roms a viré à la goutte de trop cette semaine, donnant le tourneboulé à la tête de l’état… Un grand « souk » qui a entaché la belle image d’Épinal de la coalition ministérielle.

Deux ministres qui se livrent à un combat de coqs sur la scène publique, ce n’est pas très fun. Un chef de gouvernement qui, en antihéros, laisse jouer les couacs, ce n’est pas très pop. Et au dessus de la mêlée, un saint homme qui préfère prendre le temps de la retraite, pour ne pas trancher, pour ne pas punir, pour ne pas juger… mais pour réconcilier. C’est du grand classique.

Pourtant cette semaine rock and roll ponctuée de blues et de chants d’oiseaux, qui a mis le gouvernement en transe jusqu’à ce mercredi, jour du conseil des Ministres, s’est finalement bien terminée… en « rêve party ».

Tous les participants arrivés transpirants et nauséeux, à Matignon, avec la tête des mauvais jours, sont ressortis après le prêche et la rédemption, amnésiques, repentants, souriants, en chantant, à qui voulait bien l’entendre, tout l’amour respectueux qu’ils portent à eux tous et à leur prochain.

Tout est bien qui finit bien. Personne n’a valsé, personne n’a glissé.

Les deux protagonistes qui avaient ouvert le bal sont repartis au diapason. Les autres ministres sont retournés dans leurs ministères dans une sage farandole. Et au Saint des Saints, tout juste a-t-il était décidé, au moment de refermer la porte, qu’un quadrille des interventions médiatiques s’imposait. Fin de la fête.

Sauf qu’après cette « gaie pride » ministérielle impromptue qui s’est terminée comme un pétard mouillé, le gouvernement ballonné, ne savait toujours pas que faire du sujet de fond qui reste… pesant et mal digéré.

Ce dossier des Roms qui en faisant débat à fait déborder le vase, n’a finalement pas été tranché. Presque oublié. Tout juste balayé avec les fantômes de la fête par une déclaration peu sonore : « Ferme mais humain » ?… Certes, un bien joli refrain « peace and love » qui tourne bien en rond, comme Saint François les aime.

Donc pas la peine de remettre une tournée. Après une rincée, la sagesse appelle la modération… sous peine de perdre tout contrôle et de finir par trinquer !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s