La « der des ders » stratégie politique

photo (1)Même au plus bas dans les sondages, le général de la France en déroute ne désarme pas. Fêter le centenaire de l’Armistice de 14-18 le 11 Novembre 2013 est une belle audace. Une stratégie d’urgence pour rassembler les Français et redorer son blason. Un combat qui n’est pas gagné.

En France, en Europe, au Mali comme sur la scène internationale, notre gouvernement cumule les défaites, les retraits, les débandades. Pour faire face à cette débâcle et se convaincre qu’ils n’ont pas perdu la guerre, nos valeureux édiles ont décidé de fêter avant l’heure le centenaire de 14-18. A la gloire des valeurs de la République et des « poilus »… tous disparus. Un 11 Novembre symbolique, censé signer la réconciliation des Français avec leurs gouvernants sur un bien rare sujet qui ne fâche pas.

Finalement, heureusement qu’il n’y a plus de ders de la « Der des ders » pour vivre cette époque affligeante. Eux qui auraient certainement reçu cette année un avis inopiné d’imposition et une diminution de leur pension de guerre en même temps qu’une convocation à venir s’afficher devant les caméras au côté de leur bon président.

Sûr qu’ils se seraient tus et qu’ils auraient laissé faire, tant, avec la sagesse et l’expérience de l’âge, ils avaient compris depuis longtemps que la der des ders n’existera jamais.

Sûr qu’ils n’auraient pas écouté les discours élogieux, trop occupés à se repasser dans la tête, avec émotion et dignité, le film de leur jeunesse.

Ces hommes, nés à l’aube d’un siècle plein de promesses, qui se sont engagés à vingt ans à peine sur le front d’une guerre qu’on disait être la dernière. Ils se sont retrouvés soldats d’une « sale guerre », à l’âge de l’insouciance. A l’âge où l’on se sent invincible, confiant en la nature humaine.

Aujourd’hui encore, à 20 ans, on aime s’impliquer pour de nobles causes. Mais simplement entre copains, les jours de plein soleil, hors vacances scolaires.

Eux, ils sont allés plus loin, au bout de leur courage. Dans un engagement qu’aujourd’hui on ne peut plus comprendre.

Au nom de la patrie, ils ont connu l’horreur des tranchées, les privations, l’humiliation, la souffrance.

Au nom de la nation, au milieu des corps gisants de leurs camarades, ces enfants en uniforme bleu horizon ont vu s’étioler leur jeunesse.

Après, les « poilus » ont appris à vivre avec leurs cauchemars et leurs tourments.

Après, les cérémonies du souvenir sont devenues des jours fériés.

Et si la Drôle de guerre a succédé à la Grande guerre, c’est bien la preuve que l’Histoire irrémédiablement bégaie et que la vivacité du souvenir s’éteint avec ses acteurs.

Alors qu’importe la date de ce centenaire. Si ces journées commémoratives sont un hommage à la mémoire. Peut-être que notre chef des armées, grand féru d’histoire, prendra le temps de se rappeler que les fondements de la République sont nés, bien plus tôt, d’une fronde. Une histoire de « bonnets rouges » en colère qui, en juillet 1789, ont saccagés 40 barrières de l’octroi parce qu’ils jugeaient la taxe d’entrée des marchandises dans Paris exorbitante, dans un contexte d’imposition déjà insupportable.

Souhaitons que ces journées commémoratives restent sobres. Pour ne pas raisonner à l’oreille de ceux qui n’ont plus de pain comme un grand déballage de brioche.

Souhaitons que ces journées du souvenir ne réveillent pas non plus tout le courage et la combattivité de nos aïeux enfouis dans nos gènes.

Car le but de ces journées n’est pas de soulever les Français mais bien de les réconcilier autour des valeurs républicaines.

Dans une nation divisée par la crise économique, les scandales politico-financiers, les réformes constitutionnelles improbables, les incivilités normalisées… c’est une grande audace !

Mais le général de la France en déroute veut encore croire au miracle. Celui qui lui permettrait d’arrêter de nous raconter l’histoire pour enfin rentrer dans l’Histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s