Bonnet rouge et blanc bonnet

IMG_05611En cette période de grande froidure sociale, en France, le couvre-chef s’impose. Une évidence de bon sens, même pour les gros bonnets du gouvernement. Sauf que n’ayant personne pour vouloir porter le chapeau, nos édiles hésitent encore à choisir leur style.

En cet hiver social, le peuple a choisi de se couvrir la tête, pour éviter de se retrouver enfiévré, à râler, sans voix et la patate pleine. Et parce qu’ils ne veulent plus en baver des ronds de chapeau, les Français ont opté cette année pour le bonnet. Un bonnet qui se décline dans tous les coloris.

Le rouge d’abord, arboré par les Bretons mobilisés contre l’écotaxe et pour leurs emplois. Le rouge Paris, de ceux qui s’élèvent contre le matraquage fiscal. Le vert, pour les opposants à la hausse de la TVA sur les transports publics. Le rose du mouvement « la Manif pour tous » qui lutte contre la procréation médicalement assistée (PMA), la gestation pour autrui (GPA), la réforme des rythmes scolaires et les abus d’impôts. L’orange, des manifestants contre la hausse de la TVA sur les centres équestres. Le bleu, des policiers en colère. Le blanc, des antis réforme scolaire. Le jaune, de ceux qui réclament la remise à plat du système de sécurité sociale français….

Il y en a pour tous les goûts. Sauf qu’aucun n’est au goût des membres du gouvernement. Cette mode à tout pour leur déplaire. Certes, ils ont jeté leur bonnet par dessus les moulins. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont incapables d’agir qu’ils ne travaillent pas du chapeau.

Un couvre-chef … de chef

Face à l’ingratitude des Français, c’est triste comme un bonnet de nuit qu’ils tentent maintenant de couvrir leur chef. Mais en ce contexte social glacial, même s’ils ne veulent pas porter le chapeau, nos gros bonnets ne pourront pas continuer longtemps à jouer le « héros ». Il faudra bien qu’ils se couvrent, d’une manière ou d’une autre.

Un béret, une cagoule, un foulard, une casquette… Parions, que bon an mal an, ils finiront par se rallier au bonnet, à la mode « Un pas j’avance, deux pas je recule« . Pour ne pas subir l’ire de ceux qui ont déjà la tête trop prés du bonnet.

Reste à choisir le modèle. Celui qui les protégera le temps de la tempête, tout en leur assurant bonne figure jusqu’au retour des beaux jours.

Un bonnet d’âne, un bonnet de nuit, un bonnet de capitaine de pédalo, un bonnet d’astrakan, un bonnet XXL de Nabilla… Et pourquoi pas un bonnet rouge surmonter d’un pompon blanc et gansé d’hermine ? Un peu royal, un peu gaulliste, un peu tradition, un peu féérique. Ambiance « Je vous ai compris… Mais du haut de ma grandeur  et au nom de mon pouvoir  je vous exhorte de croire en moi et d’attendre sagement la Trinité pour les bonnes surprises ».

Là, dans un grand feu d’artifice médiatique, ils sortiront alors de leur chapeau un grand remaniement sans « héros » qui nous fera manger nos bonnets avec le sourire. A coup de grands discours, de grands débats sur le racisme, sur le mercredi des écoliers, les dérogations fiscales secrètes des footballeurs, les catastrophes naturelles à l’internationale, les recettes sur la dinde de Noël… ils nous endormiront sur les sujets qui nous préoccupent en nous enfonçant notre bonnet jusqu’aux yeux et aux oreilles. Et les nouveaux ministres, dans leurs nouveaux ministères, continueront à jouer, bonnet blanc et blanc bonnet, à nous faire croire au Père Noël.

Bonnet blanc et blanc bonnet, c’est la vraie mode de chez nous !

Car en France, même quand ça décoiffe, nos gouvernants savent rester toujours bien coiffés. Chapeau bas !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s