Réforme fiscale : la grande illusion

IMG_21700Ce grand chantier fiscal était une bande-annonce de la campagne Hollande. Et, surprise, c’est finalement un Ayrault en déroute qui le ressort du chapeau. Étonnant one-man show d’un grand illusionniste.

La semaine dernière, il était pieds et mains liés, prêt à prendre le grand bain dans un caisson hermétiquement fermé. Prêt à quitter tragiquement la scène…

Et hop. Abracadabra ! Lundi, surprise. Le grand illusionniste du gouvernement est réapparu, plus fringuant que jamais, avec dans son chapeau un grand projet de réforme de la fiscalité française.

Et toc, pour tous ceux qui se voyaient déjà en haut de l’affiche… à sa place. Et double toc pour la fronde sociale et fiscale, en bonnets rouges, jaunes ou bleus…

En un coup de baguette magique, il a réussi à combler le vide médiatique, à sauver sa tête,  à couper celle de Moscovici et à redonner la voix aux syndicats et au patronat malmenés par la grogne populaire.

Magique ! Sauf que là, on attend la suite.

Tables rondes… Concentration… on fait tourner le verre…  Ambiance « esprit es-tu là » ?

Le truc, c’est que c’est Lavoisier qui risque de se la ramener, avec sa célèbre maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

Du coup, les grands esprits du task-force d’Ayrault vont devoir faire preuve de beaucoup de dextérité pour réussir à nous maintenir en haleine avec un tour aussi grossier que burlesque.

Car on le voit que trop venir  le grand numéro sur la progressivité, la fusion de l’impôt sur les revenus et de la CSG, la retenue à la source, la redistribution à la greli-grelo, la disparition d’exonérations et de quelques niches… qui n’aura pour effet que de continuer à ponctionner, ni vu ni connu, les recettes pour continuer à maintenir, coûte que coûte, les dépenses dispendieuses de l’état…  Pppfffuuuutttt !

Si seulement le magicien d’Ayrault pouvait vraiment nous étonner. Faire preuve réellement de talent.  En faisant disparaître, par exemple,  la grande moitié des 38 ministres inutiles dans un gouvernement sans le sou… Trois couches d’institutions locales, départementales et régionales coûteuses et redondantes… Le cumul des mandats… les niches fiscales des élus… leur protectionnisme aberrant… Cela, ça pourrait nous épater. Réduire les dépenses pour alléger les impôts, mieux redistribuer les recettes pour créer de la richesse, favoriser la relance pour créer de l’emploi… Enfin, un truc classique mais efficace, qui ferait à coup sûr son effet.

Mais à ne vouloir faire qu’illusion, notre gouvernement ne sait que nous désillusionner.

 Demain encore, jour de l’annonce des chiffres du chômage, malgré le tour de passe-passe des emplois jeunes aidés donc fictifs,  le bluffe sur l’inversion de la courbe en fin d’année et toute la dextérité des analystes, parions que nous ne serons pas épatés.

Parce que nos grands illusionnistes au pouvoir n’ont pour seul pouvoir que la poudre de la perlimpinpin. Celle que l’on sniffe docilement et qui nous met gentiment sous hypnose.

Remarquez, réussir à maintenir tout un pays dans un pédalo à la dérive, en jouant au grand cabaret dans la croisière s’amuse… c’est tout de même un peu magique, pour ne pas dire abracadabrantesque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s