Indigestion de quenelles !

photoBoulettes,  méli-mélo, salades et quenelles… Au menu de ce début d’année, nous ne sommes pas gâtés. Plus que jamais gavés de feuilletés d’infos de mauvais goût, notre foi a tout pour rester en berne… et nous, pour l’essentiel, sur notre faim. Notre grand chef français et sa brigade vont-ils se ressaisir ou se laisser griller ? 

A peine sortis des fêtes et de son florilège de petits extras fins et pétillants, nous voilà renvoyés à la cantine du quotidien. Et là, aucun miracle ne s’est produit dans la nuit du 31. Bien au contraire !

D’emblé, l’équipe du service, presse à nous jeter sur la table une cervelle au beurre noir sur blanc en neige de très mauvais goût. Sitôt avalée, nous voilà gavés d’écœurantes quenelles à l’humour vinaigré. Suivi aussi sec par une pathétique autre quenelle à la sauce hollandaise (dont le chef à le secret) avec son jus d’amour sur lait caillé. Du coup, les vœux présidentiels nous font l’effet d’un trou Normand. Presque bienvenu, pour ne pas dire agréable.

Gageons que si au 15 janvier nous sommes encore en mesure de digérer, nous serons prêts à tout avaler.

 Des traditionnelles boulettes au hachis de moutons, du roulé d’électeurs au soufflé de promesses, du salé de TVA au méli-mélo de potins, des salades de baratin au mille-feuille  administratif, du flambées des prix au trou financier sur sa gelée de crédits… et même l’idée que la disette c’est plutôt bien.

A ce régime, c’est dans le marc de café plutôt que dans les journaux qu’on va finir par aller lire notre avenir noir et amer.

On vous aura prévenu. On va bientôt vomir !

Dites au chef qu’il arrête de peser le pour, le contre… et de tâter. Qu’il se décide enfin entre l’aile ou la cuisse. Qu’il jette, s’il le faut, ses vieux pots et qu’il garde surtout pour lui sa soupe dont on a soupé. Qu’il mette ses casseroles cabossées au placard. Et qu’il se lance enfin au piano… mais pas pour jouer la sérénade… ou alors qu’il rende son tablier au profit de sa queue de pie.

Car il faut arrêter de prendre nos vessies pour des lanternes.

La France n’est pas que le pays des oies gavées et des dindes farcies. C’est aussi le carré vert d’une grande majorité de moutons  friands simplement de  beaux  horizons et de pâturages.

Alors, pitié ! Si Dieu nous donne d’exaucer un vœu : demandons à nos politiques, au menu des municipales, de faire surtout très light : une belle grosse assiette de bonnes idées nature, c’est tout !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s