Vas-t-y quand à Rome François ?

photo (5)C’est à l’aube de la saint François de Sales, saint des journalistes et des sourds et muets, que le pape François a reçu en audience le patron de la Saint Glin-glin. Hasard du calendrier ou message ? L’espoir peut-être que celui qui s’est perdu retrouve son chemin.

Lui qui prêchait pour l’exemplarité en voulant se faire passer pour le sauveur. Lui, dont la religion est de laisser le temps agir et de ne surtout rien faire en attendant. Bien mal lui en a pris de se laisser coincer à payer de sa personne.

Résultat, aujourd’hui, il ne sait plus à quels « seins » se vouer. Même au sein de son parti, on le presse à trancher dans le vif. Et il n’y trouve aucun plaisir.

Acculé par les affaires de chômage, de dette et d’insécurité dont il ne sait que faire, « l’affaire » est pourtant arrivée comme du pain béni. Un bon coup médiatique qui lui a permis de réussir le miracle d’endormir le pays avec ses histoires de « petits jésus ». Sauf que maintenant il ne sait plus comment conclure.

Alors il prie et il se fait prier.

D’abord à Tulle, comme d’habitude, en pèlerinage, il est parti chercher un signe du ciel. Mais le ciel, très en colère, a saccagé la Bretagne, en réponse, avant de partir ravager le Sud puis les Pyrénées.

Alors, même si tous les chemins mènent toujours, un jour ou l’autre à Rome, il s’est dit qu’il fallait mieux faire court. Et il s’est empressé de demander une audience au Saint Siège. Officiellement pour réaffirmer la sainte alliance diplomatique entre les deux états.

Mais pas besoin de sortir de saint Cyr pour comprendre qu’il voulait surtout trouver au plus vite une issue à sa sacro sainte affaire.

Que s’est-il dit sans le secret du saint des saints ? Que le fils perdu a-t-il pu inventer pour prêcher pour sa paroisse ?

Côté privé, il l’a reconnu, il n’est pas un saint de glace. Côté public, il l’a montré, il n’est pas non plus le bon dieu. Mais confesser qu’il aime vivre sans foi ni loi ne suffit pas à obtenir le pardon. Il lui faudrait aussi faire pénitence.

Mais ça, il ne le veut pas… tant qu’il peut jouir des plaisirs de son quinquennat. Tant que Satan l’habite et qu’il aime ça… au diable la bonne morale et vive la volupté !

Alors agir, décider, changer ou faire son mea culpa… peut-être un jour, à la Saint Glin-glin, quand toutes les saintes Catherine revendiqueront le sacrement, quand toutes les saintes Nitouche joueront les effarouchées en le priant d’arrêter, quand tous les « seins » de son paradis lui refuseront son bon droit, quand il devra quitter le septième ciel de son royaume, quand sonnera alors l’heure des regrets…

Mais d’ici là, c’est sans remord qu’il compte continuer à profiter pleinement de tous les sains plaisirs que lui offre la vie. Et rien ni personne ne lui fera changer cet état.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s