Rumeurs en tout genre

photo (2)La théorie du genre à l’école : délire ou vérité…

 

Vouloir s’attaquer aux valeurs de l’école, de la famille ou de la République, ce n’est vraiment pas le genre de nos dirigeants !

Entre vouloir l’égalité des sexes dans le travail et les tâches quotidiennes et prétendre à une société asexuée ou à sexe indifférencié… Il y a un monde !

Comme si, genre, notre président était du style à pouvoir s’assoir sur ses attributs de mâle et à se priver des charmes de la gente féminine !

Comme si genre, nos édiles pouvaient, par la seule force de leur volonté, renier Dame Nature et décider que la procréation serait désormais possible entre deux messieurs.

Et pourquoi ne pas imaginer aussi un nouveau modèle de famille de genre indéterminé !

Non vraiment, cette idée de théorie du genre est absurde.

De quel genre serait la vie s’il n’y avait plus de sexe et d’histoires pour en rire ?

Remarquez, puisqu’on en parle, modifier en genre et en nombre le féminin et le masculin, à l’école justement ça pourrait aider. Pour l’orthographe par exemple, un genre invariable c’est vrai que c’est tentant. Ne plus suer à classer par genre les ronds, les barres, les souris et les petits oiseaux, en sciences comme en mathématiques ça pourrait aussi faire gagner du temps sur le programme.

Une fois acquis, une bonne fois pour toutes, que maman peut en avoir autant dans la culotte que papa et qu’une femme à moustache ça a aussi son charme, l’imagier « tous à poil » qui fait polémique n’aurait plus rien de tendancieux. Il permettrait bien au contraire, d’expliquer en toute simplicité aux enfants, dès la maternelle, le B.A.BA de notre grand changement de vie : A cause de la dette et des impôts, les parents n’ont plus de laine sur le dos pour dépenser plein pot à leur faire des cadeaux… et hop, finis les blablas, les crises de nerf et les caprices dans les allées des supermarchés !

En plus, s’il n’y avait plus de genres, il n’y aurait plus, non plus, toutes ces discriminations sociales injustes « de bon chic, bon genre » et « mauvais genre » qui nous polluent la vie et nous montent les uns contre les autres.

Du coup, les garçons ne perdraient plus leur temps à faire du genre à des filles de leur genre. Et inversement. Un poids en moins, et pas des moindres, dès l’âge ado !

Vraiment on y gagnerait en sérénité, en temps… et donc en travail et en argent.

Sans féminin ni masculin, nous serions tous finalement uniques en notre genre.

Et n’est-ce pas là finalement la quête absolue du genre humain ?

Alors la théorie du genre : délire ou réalité.

Quelle qu’en soit la réalité, une chose est sûre, elle nous fait bien délirer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s