Municipales : la « voix » est libre

IMG_18518A force d’écouter aux portes et de s’écouter parler, nos élus ont fini par oublier d’écouter gronder la colère des Français. Et par voie de conséquence, ils se sont fait tirer l’oreille… surtout la gauche.

Dans le vacarme des affaires, des scandales et des écoutes, les Français n’auront retenu de la chansonnette électorale que le refrain national : crise, chômage, insécurité… et fausses notes de l’exécutif.

A gauche, et surtout entre les deux tours, on aura désespérément tenté de ramener le discours à sa dimension locale. On aura même accepté des ententes, politiquement couteuses, avec les frères ennemis écolos…

Mais entre les mauvais chiffres criant du chômage, le tintamarre à la gloire de la Chine, la mise en sourdine des droits de l’Homme et la conclusion sans parole de la loi Florange, les électeurs ne veulent rien entendre de la soi-disant voix de la raison qui leur demande de se mobiliser contre la droite et plus encore l’extrême droite.

Non cette fois la France ne l’entend pas de cette oreille. Si ni les grèves, ni les sondages n’ont mis la puce à l’oreille à l’exécutif. Tant pis ! C’est décidé. Maintenant, c’est le changement.

A gauche, on en reste sans voix. Même les ténors du gouvernement ont baissé d’un ton, ne trouvant rien d’autre à dire qu’ils souffrent de voix blanches.

Le président, qui ne s’intéressait aux municipales que d’une oreille, assurant en voix off qu’il enjamberait cette échéance sans bruit, se retrouve malheureusement dans une voie à sens unique. La voix du peuple a crié si fort qu’il ne peut plus faire la sourde oreille. Il va devoir parler aux Français et sans doute remanier son gouvernement. Pour lui, une voie sans issus, qui va l’obliger à tendre l’oreille pour gérer les mésententes et les dialogues de sourd entre ses ministrables.

Pour la droite et l’extrême droite, aujourd’hui la voie est libre jusqu’à l’Elysée. Mais 2017 c’est encore loin. Pas possible de faire le Mickey et de s’endormir sur ses deux oreilles. Il faut rester vigilant, à l’écoute, comprendre et agir vite. Sous peine de se retrouver aussi avec les oreilles d’âne à un prochain scrutin.

Ecouter avant de parler, comme mâcher avant d’avaler… c’est le B.A.ba pour éviter la fausse route.

Emploi et pouvoir d’achat. C’est le seul refrain que les électeurs ont envie d’entendre.

C’est le bon sens : Ventre affamé n’a pas d’oreille !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s