La France : mouton noir de l’Europe

IMG_33100A force de faire de Bruxelles la tête de Turc de tous ses maux, la France a joué hier son avenir européen à la roulette russe. La gauche, avec un score inférieur à 15%, sent de plus en plus le papier d’Arménie. La droite, qui espérait la victoire, s’est offert une belle douche écossaise. Qu’on se le dise. Au pays du vin, du pain et du fromage on sait que l’Europe ce n’est pas l’Amérique. Pire, on commence même à regretter les oignons d’Egypte.

On nous avait vendu l’Europe comme un pays de cocagne. Un allé simple pour Byzance. Du coup, on était tous euros… Tonnerre de Brest ! Le résultat est tout l’inverse. Un sacré tour de Basque de technocrates ! Une belle promesse de Gascon de politiques !

A part d’avoir l’optimisme et l’emphase d’un Marseillais, qui peut encore prétendre défendre la belle image d’Epinal de cette grande et puissante Europe dont on nous annonce les bienfaits comme on nous joue l’Arlésienne.

Les gaulois ne sont pas des élites vivant dans un bocal, de l’air du temps et de beaux idéo. Ce sont des franchouillards qui croient en ce qu’ils voient et comprennent ce qu’ils vivent. Du coup, le refrain sur « les cousins germains dont l’union fait la force », en France on se le chante à la mode de Bretagne.

Comment prétendre construire un château en Espagne autour d’une table où chacun boit en Suisse. Comment espérer faire une bonne recette avec de la crème anglaise, du yaourt bulgare, des petits suisses, des toilettes à la turque, du poivre de Cayenne, des escalopes milanaises, des capotes anglaises et des omelettes norvégiennes. Même tout ça passé au chinois, ça ne fait même pas une bonne bouillie bordelaise.

Parce qu’en réalité l’Europe est un casse-tête chinois. Parce qu’en réalité tout le monde a le mal du pays, de ses habitudes, de ses traditions, de son langage et de ses produits.

Résultats : on parle beaucoup mais on agit peu.

Résultats : ici et là, nos capitaux et nos emplois filent à l’anglaise. Nos rêves et nos espoirs se consument comme des allumettes suédoises. Nos villes et nos campagnes deviennent de vraies auberges espagnoles. Et tous ceux qui croyaient voir du pays, une fois européens, se voient, au final, bientôt réduits à faire la manche.

Alors bien sûr, cette Europe et son armée mexicaine qui nous parle grec, c’est devenu notre tête de Turc.

Et du fond de leur bocal, à Strasbourg comme à Bruxelles, nos technocrates qui se polissent le chinois d’une main en s’accrochant à leur marocain de l’autre, n’ont rien vu venir. Comme à l’Elysée et à Matignon où on aurait mieux fait de se taire plutôt que d’haranguer partout, qu’en France comme en Europe, le socialisme c’est bon comme la romaine.

Hier la France à choisi son chemin de Damas. Une petite victoire des eurosceptiques qui dans les faits ne changera rien. Que les opposants et tous ceux qui se nourrissent à la mamelle de l’Europe se rassurent.

On continuera à nous parler français comme une vache espagnole et à nous imposer le régime crétois. Et à toutes nos interrogations sur l’avenir, sur la France, sur l’Europe, on continuera à nous servir des réponses de normands.

Qu’on se le dise, noir ou blanc, un mouton est un mouton !

Publicités

3 réflexions sur « La France : mouton noir de l’Europe »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s