Côté ravi de la crèche… ça cloche !

crècheCette année, au pays des Droits de l’Homme, la crèche de Noël sent le sapin… Les boules !

Aux maires qui se réjouissaient de fêter Noël dans les traditions, les pères de la nation viennent de faire une mauvaise surprise.

Sûr que cette année, avec les coupes franches dans les budgets et les transferts de nouvelles charges, les édiles municipaux ne croyaient déjà plus au Père Noël. Mais de là à voir valser aussi la tradition séculaire des crèches dans les lieux publics… Rien ne va plus !

Pour l’unité nationale et l’apaisement social, on aurait pu penser qu’il y avait mieux à faire… Bien heureux les simples d’esprit !

Mais heureusement, au saint des saints, on sait reconnaître les urgences !

La crèche de Noël est une grave atteinte à la laïcité… donc à la sécurité de l’état.

Impossible pour nos législateurs de laisser perdurer ce rituel populaire qui gangrène notre société depuis 1223. N’en déplaise à Saint François d’Assise, son inventeur.

Du coup, après avoir longuement réfléchi, étudié et travaillé sur cet épineux dossier hautement prioritaire, nos brillants édiles ont tranché.

En ces temps nouveaux de chômage, de malversations financières, de mariage recomposé, de crise morale, d’individualisme et d’incivilité… la représentation naïve d’une nativité dépouillée autour d’un couple, d’un âne, d’un bœuf et d’une multitude de petits travailleurs… c’est sûr, c’est  indécent… antisocial. Pire, c’est subversif !

Une vraie boite de Pandore !

Car la crèche de Noël est loin d’être la seule tradition issue de l’histoire chrétienne occidentale. Pour éradiquer tous les signes religieux ostentatoires de la sphère publique, il va falloir faire grand ménage !

Et un peu partout on s’inquiète.

Sur les marchés de Noël on craint l’interdiction d’exposer les santons.

Dans les chaumières, les enfants pleurent déjà leurs calendriers de l’Aven.

Chez les pâtissiers, on s’interroge sur le devenir des galettes de l’Epiphanie.

Côté confiseurs, on tremble pour les œufs de Pâques et les fruits confits des Rameaux.

Et puis, il y a aussi les vacances de la Toussaint et de Noël qu’il va falloir renommer, pour ne pas dire rebaptiser… comme les religieuses et les jésus.

Et que vont devenir ces jours fériés à connotation religieuse ? Sans doute vont-ils être lapidés comme le sont déjà aujourd’hui les dimanches chômés, diaboliques jours du seigneur !

Oh mon dieu ! Va-t-on aussi toucher au calendrier des électeurs qui a malheureusement pour origine la naissance de Jésus Christ ?

Si cela nous est encore permis, prions pour que 2017 soit toujours dans deux ans.

En attendant ce temps béni, pour ce Noël, la messe est dite.

Pas de fête religieuse pour cause d’état laïque ;  pas de fête païenne pour cause de crise économique. Du coup le 24 décembre, au lieu de veiller, on ira se crécher.

Joyeux Noël !

Publicités

4 réflexions sur “ Côté ravi de la crèche… ça cloche ! ”

  1. Vous venez de decrire les ravages de la chian- euh pardon franc, franc maconnerie… Ils sont partout meme le samedi soir à nos tables… Et cela au nom de la liberté, l’egalité….n’avons nous plus le droit d’etre different ? D’avoir notre propre identité ?

    1. Malheureusement la guerre des moutons n’aura pas lieu. C’est vraisemblablement dans notre nature… De ruminer, de nous laisser tondre et de continuer à suivre sagement le berger et le chien.

  2. tu sais quoi, je ne dis mm plus mouton mais « mougeons »… moitié mouton moité pigeon
    sur ce, les athées devraient bosser les jours féries religieux et ainsi de suite (putain, le boxon!!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s