Elections départementales 2015

photoCe rendez-vous électoral, pourtant si cher aux politiques… semble beaucoup coûter aux Français.

Depuis quelques semaines, les édiles de tous bords, ne parlent que de ça. Même le gouvernement qui n’a sans doute rien de mieux à faire : L’élection, les 22 et 29 mars prochains, des 4108 nouveaux conseillers départementaux, nés de la Grande réforme territoriale 2014.

Mais d’après tous les sondages, cet appel aux urnes à valeur d’urinoir pour un grand nombre de français.

Pourquoi cette élection si chère à nos élus, coûte tant à leurs électeurs ?

Parce que les français ont flairé l’embrouille.

Quand on nous annonçait à grand bruit, il y a à peine quelques mois, vouloir faire des économies en réduisant le millefeuille territorial… nous y avons cru et nous n’avons rien vu.

Au nombre de maires, on n’y a pas touché. Les régions sont passées de 22 à 13. Et les cantons effectivement réduits de moitié sont donc aujourd’hui plus grands, mais plus peuplés, donc plus juteux pour leurs élus dont l’indemnité est indexée sur la population de leur zone de compétence. Des élus, du reste, toujours aussi nombreux, puisqu’au nom de la parité, chaque siège sera désormais occupé non plus par un mais par deux élus, sous la forme d’un couple homme-femme.

Donc aucune économie et moins de proximité.

Si le big-bang territorial annoncé se résume à avoir rebaptisé élections départementales, les élections cantonales ; conseil départemental, l’ancien conseil général… on comprend mieux la réticence des citoyens à aller voter.

Surtout qu’à ces élections, les français n’y ont jamais été attachés. Les municipales, ok. Les présidentielles d’accord. Mais les cantonales ? Ca sert à quoi ?

Quand beaucoup de français ignoraient déjà le rôle d’un conseiller général (à 1520-2661 euros mensuel), comment espérer susciter un intérêt pour des conseillers départementaux… dont le champ de compétences n’a toujours pas été défini par l’état !

Installer pour six ans des élus à des fonctions indéfinies…. C’est vrai que ça sent un peu la blague !

Bien qu’il est fort à parier qu’il n’y aura aucun changement dans la gestion des départements.

Sûr que dans ces nouveaux conseils départementaux, il y aura toujours un président ( à 5512 euros mensuel), une dizaine de vice-présidents ( à 2129-3725 euros) et des commissions permanentes de conseillers départementaux qui continueront à siéger une fois par trimestre en faveur de l’action sanitaire et sociale ( RSA, APA, PMI….), la gestion des voiries départementales, l’aménagement durable du territoire, l’entretien des collèges et du transport scolaire, ainsi que des bibliothèques, archives et autres musées….

Mais voilà ! bien que ces sujets touchent au plus près le quotidien, les français boudent leur classe politique plus habile à taper sur des casseroles pour faire du bruit qu’à expliquer intelligiblement son cap et ses actions. Du coup le discours devient suspect, fourbe et peu crédible. Et comme les bons comptes font les bons amis, rien d’étonnant que dimanche il ne faille pas compter sur les français pour cautionner cette grossière illusion territoriale.

Publicités

Une réflexion sur “ Elections départementales 2015 ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s